Page en cours de chargement

chez Des barbares...
Catalogue

Fermer Bouchery (Émile)

Fermer Collectif

Fermer Doyle (Arthur Conan)

Fermer Dussert (Éric)

Fermer Laurie (André)

Fermer Michel (Marc)

Fiches

Fermer Auteurs

Fermer Éditeurs

Des barbares... - Infos
Acheter nos ouvrages
Pour acheter nos publications, il suffit de se rendre sur la librairie du site ami fornax.fr et de valider le choix Des barbares... dans le menu des éditeurs. On y commande et l'on peut y régler en ligne soit par chèque, soit avec Paypal. Les livres  sont expédiés des réception du paiement.

Un roman dans la planète Mars
148 p., 17,50 €
Spiridon le Muet
272 p., 24 €
Colloque Paschal Grousset
256 p., 24 €
Mission secrète
72 p., 7 €
L'Alambic
56 p., 20 €
Pohol
112 p., 16 €
Les Petits-Neveux de Gulliver
208 p., 24 €

Un petit rappel de nos titres disponibles...
Recherche



Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 8 membres


Connectés :

( personne )
Lettre d'information
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
16 Abonnés
Blog

Tous les billets

DébutPrécédent [ 1 2 ] SuivantFin

Futurs passés - par admin

Novembre 2005
La boutique des bagages

Quand le propriétaire du magasin de bagages apprit la nouvelle au bulletin du soir de la radio directement transmis de la Terre par ondes photophoniques, l'événement lui sembla bien lointain.
Une guerre allait se déclencher sur la Terre.
Il sortit pour examiner le ciel.
Oui, la Terre était là dans le firmament du soir, descendant à la suite du soleil derrière les montagnes. Le communiqué de la radio et cette étoile verte n'étaient qu'une seule et même chose.
— Je ne peux pas le croire, dit le boutiquier.
— C'est parce que vous n'êtes pas là-bas, dit le père Peregrine, qui s'était arrêté pour passer un moment de la soirée.
— Qu'est-ce que vous voulez dire, Père ?
— Quand j'étais enfant, c'était tout pareil. On entendait parler des guerres qui se faisaient en Chine. Mais on n'y croyait jamais. C'était trop loin. Et il mourait trop de monde. C'était impossible. Même en voyant les films, on n'y croyait pas. Eh bien, maintenant, c'est la même chose. La Terre est la Chine. Tellement loin que cela semble incroyable. On ne peut pas la toucher, on ne peut même pas la voir. Tout ce qu'on aperçoit, c'est une lumière verte. Deux milliards de personnes vivent sur cette lumière ? Invraisemblable. La guerre ? Nous n'entendons même pas les explosions.
— Ça viendra, dit le boutiquier. Je pense sans arrêt à tous ces gens qui devaient arriver sur Mars cette semaine. Une centaine de mille qu'on attendait pour le mois prochain, si je ne me trompe. Que vont-ils devenir si la guerre éclate ?
— Je suppose qu'ils repartiront. On aura besoin d'eux sur la Terre.
— Alors, dit le boutiquier, je ferais bien d'épousseter ma marchandise. J'ai l'impression que d'ici peu, on va faire la queue chez moi.
— Croyez-vous que tous les gens installés sur Mars redescendront sur Terre s'il s'agit de cette Grande Guerre à laquelle on s'attend depuis des années ?
— C'est curieux, Père, mais j'ai bien l'impression que nous repartirons tous. Je sais, nous sommes venus ici pour échapper à toutes ces histoires : la politique, la bombe atomique, la guerre, la propagande, les préjugés, les lois. Je sais. Mais c'est encore chez nous là-bas. Attendez, vous verrez. Quand la première bombe tombera sur l'Amérique, tout le monde commencera à s'interroger. Ils ne sont pas ici depuis assez longtemps. Deux ans, pas plus. S'ils étaient là depuis quarante ans, ce serait différent, mais ils ont des parents, des familles, en bas, et toutes les villes où ils ont vécu. Moi, je ne peux plus croire à la Terre ; j'arrive à peine à l'imaginer. Mais je suis vieux. Je ne compte plus. Je resterai peut-être ici.
— J'en doute.
— Oui. Vous avez peut-être bien raison.
Ils se tenaient sur le seuil de la boutique, observant les étoiles.
Finalement, le père Peregrine sortit de l'argent de sa poche et le tendit au boutiquier.
— Pendant que j'y pense, donnez-moi donc une valise neuve. La mienne est dans un triste état...

Ray Bradbury, Chroniques martiennes, Denoël, "Présence du Futur", décembre 1954.

Chroniques martiennes



Publié le 28/12/2008 @ 19:20  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

La Décadence - par admin

Christian Soulignac nous signale qu'il s'est remis à travailler au reprint de La Décadence qu'il avait un peu délaissé pour raison de fourmis dans les jambes.

La Décadence

À paraître bientôt, donc (dans les deux à trois siècles qui viennent).

Publié le 18/12/2008 @ 01:25  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Fouilles curieuses - par admin

L'ami Éric Dussert, apprécié de la Terre entière et alentours pour sa curiosité et sa culture tous horizons signale la parution du dernier volume de sa collection l'Alambic. On se fait ici un plaisir de relayer cette information. Non parce que c'est un ami mais parce que c'est un éditeur sûr. Voici :

Les ruines de Paris en 4908
Les ruines de Paris en 4908 d'Alfred Franklin, L'Arbre vengeur, collection l'Alambic, 111 pages + 1 verso vierge, 10 €.

Pour en savoir plus, on se reportera à cette page
de son Alamblog.

Publié le 15/12/2008 @ 02:58  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Nos deux compères - par admin

— Qui ça ?
— Ben, le Dussert et le Laucou...
— Encore eux ? Et qu'est-ce qu'ils ont encore fait ?
— Ben... des livres, pardi !... savent faire que ça, ces deux-là...
— Bien, mais on en parle ici, non ? de leurs livres barbares...
— Il ne s'agit pas de ceux-là... des autres... ailleurs...
— Ah ! parce qu'il y a un ailleurs...
— Bah ! qu'est-ce que tu crois...
— Et c'est quoi, leurs livres d'ailleurs ?
— Euh... Dussert, depuis quelques temps,  est assez... disons, dans le caca...
— Comment ça... il a des difficultés ?
— Non. Dans le caca. Au sens propre... Enfin, quand je dis propre...
— Oui ?
— Ben, voilà ce qu'il a fait il y a peu :

diarrhee.jpg
Diarrhée au Mexique de Bienvenu Merino, à l'Atelier du Gué. Tout est dans le titre, hein...
— Et un peu plus récemment :

piotrus.jpg
Piotrus de Léo Lipski, collection l'Alambic, à l'Arbre vengeur. L'histoire d'un gars qui est payé pour passer sa vie aux chiottes... pas de commentaire !

— Et Laucou ?
— Oh, lui...
— Ben quoi...
— Il fait mumuse avec des petites bouboules.
— des petites...
— ... boules, oui. Des boules de cotillon. Tu vois le genre...

cotillon.png
Système Cotillon, chez Fornax. Un livre imprimé sur boules déboulées de cotillon... Il trouve ça drôle...

— Ça l'est peut-être...
— Mouais... Ce qui ne l'est pas, c'est l'autre bouquin...
— L'autre bouquin ?
— Oui, un truc morbide. Des aphorismes sur la mort.
— C'est gai !...
— Ouais...

semainier.jpg
Petit semainier mortifère, d'Yves Letort, linogravures de Marion Pradier, chez Fornax. Des aphorismes imprimés en argent sur le fond noir des linogravures ! Tu vois le genre...

— Ouais... Un scatophile et un nécrophile... t'es sûr qu'ils sont fréquentables, tes bonshommes ?
— Sais pas... ils sont humains... humains... peut-être...


Publié le 13/12/2008 @ 16:22  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article
DébutPrécédent [ 1 2 ] SuivantFin
Rubriques

FermerAilleurs

FermerArrivé !

FermerEn cours

FermerOn en parle

Derniers billets
- 07/06/2015 @ 09:31
Les Petits-Neveux de Gulliver ...
- 19/04/2011 @ 18:48
Pohol, en juin ...
- 23/09/2010 @ 23:10
Les prochains... ...
- 23/09/2010 @ 20:49
Sur le front groussetien ...
- 25/12/2009 @ 21:57
SGLD ...
Derniers commentaires

Archives
09-2017 Octobre 2017 11-2017
L M M J V S D
            01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Billets des amis
Fornax
^ Haut ^